L'histoire du château

Kurozweki, une fois une petite ville sur les rives de la vallée de la rivière Czarna, apparaît pour la première fois dans les sources écrites en 1246 comme un village appartenant à la Province de Cracovie. Plus ou moins au même temps une certaine ‘châtelain Mistigneuus filius Martini de Kurozwansch’ (descendant de la famille Porait, blason ‘Rose’) est mentionné dans un document préparé pour le prince de Sandomierz et de Cracovie Boleslaw V le Chaste. C'était une famille semi-légendaire provenant, selon Długosz, de Bohême et associée à la légende de saint Adalbert de Prague.
Progressivement, en échange de leur service fidèle au roi Władysław Ier ‘le Coude-haut’, la famille de Porait-Kurozwęcki obtient accès aux hautes fonctions du royaume et ils atteignent le sommet de leur gloire dans les dernières années du règne des rois Casimir III le Grand et Louis Ier de Hongrie. A cette époque-là, Dobiesław devient (en 1380) le châtelain de Cracovie, et son plus jeune fils, Zawisza, le chancelier et l'évêque de Cracovie, est nommé le chef du gouvernement hongrois de Buda (dont Dobiesław est également membre). Zawisza, un évêque marqué par son goût pour une vie somptueuse, est aussi connu comme le fondateur de la chapelle de Marie à la cathédrale de Wawel.
La position de plus en plus élevée des Porait-KurozwÄ™ckis en Pologne va de pair avec la croissance de leur fortune familiale. Par conséquent, dans la seconde moitié du XIVème siècle, DobiesÅ‚aw (décédé en 1397) ou peut-être son fils, également DobiesÅ‚aw (dont le nom  est écrit ‘de Kurozwanky’) ordonne de construire à la place d'une petite forteresse en bois un château de pierre connue sous le nom de ‘castrum Curoswank’ (selon un document rédigé en 1400). Le château est situé sur un massif renforcé par des bûches, sur les eaux dormantes et marécageuses de la rivière Czarna. A l'origine, juste un mur de pierre est construit de forme ovale et avec une entrée probablement du côté sud. Bientôt, dans la partie sud de la cour on bâtit une tour en pierre de quatre étages et avec un grenier en bois. Cette tour joue un rôle résidentiel et défensif. Le reste de la cour pavée est probablement rempli de bâtiments en bois. En outre, ce château fort avoisine du côté sud avec un hameau.
L'extension du château présentée ci-dessus a lieu durant la vie de Mikołaj de Michałowo appelé ‘Białucha’, le staroste et le châtelain de Cracovie, un fils de Krzesław de Chodowo qui à son tour était le fils de Dobiesław.
Au XVème siècle, des générations suivantes des Poraits venant de la Petite-Pologne font remplacer des structures en bois à l'intérieur du château par ceux de pierre et ils ordonnent d’élever le niveau de la cour. Ces reconstructions, ainsi que tous les autres modifications dans les années suivantes, reflètent le désir des propriétaires d'ajuster le château au principal style architectural de l’époque (même si ces ajustements sont souvent accomplis très en retard).
Pour répondre aux grandissants besoins résidentiels, représentatifs et défensifs, l'extension du château commence par la construction du Bâtiments de l’Est avec chambres rangées en ligne droite. Ensuite, le Bâtiment du Nord est ajouté et enfin celui de l'Ouest (tous construits au cours du XVème siècle). Chaque bâtiment a probablement une forme de tours résidentielles équipées de meurtrières .
Entre le XVème et le XVIème siècle, le dernier des Kurozwęckis, Mikołaj Lubelczyk et son fils, Hieronim, le trésorier de la Couronne décédé avant l'année 1520, font un autre effort pour étendre le château. Par conséquent, les derniers bâtiments en bois sont enlevés de la cour et la deuxième partie du Bâtiment du Nord est construite.

0001
0002
0003
0004
0005
0007
0008
0009
bwd fwd

Des reconstructions plus profondes viennent avec de nouveaux propriétaires du château, les Lanckorońskis. Vers 1521 l'une des deux filles de Hieronim Kurozwęcki, Anna, est mariée à Jan Lanckoroński, le Veneur de Sandomierz, qui obtient Kurozwęki comma la dot.
L'objectif des travaux de construction réalisés dans la deuxieme moitié du XVIème siècle est de mettre en ordre les bâtiments de la cour ainsi que l'allée devant le château. Après la démolition de la partie nord-ouest du mur-rideau du XVIème siècle, un bâtiment angulaire de trois étages appelé  ‘la jambe de poule’, avec un intérieur résidentiel élégant. Sur le côté sud, devant la plus ancienne porte du château, une quadrangulaire tour est ajouté soutenue par deux contreforts en diagonale, avec un portail en pierre.
Au début du XVIIème siècle la chapelle du château, existant au moins depuis la fin du XVème siècle, quand Piotr KurozwÄ™cki (appelé Lubelczyk) y a fait installer chanoines réguliers, est rénovée par Zbigniew LanckoroÅ„ski , le chambellan de Sandomierz et l'héritier de Kurozweki depuis 1591 jusqu'à sa mort en 1619. Selon jésuite Gaspar Niesiecki  Zbigniew LanckoroÅ„ski la rénovation de la chapelle était un signe de réconciliation avec l'Église catholique après une brèche faite par son père Krzysztof, le seigneur de l'Église calviniste en Petite Pologne.
Des reconstructions suivantes, réalisées tout au long du XVIIème siècle, conduisent à la fusion de deux bâtiments hétérogènes de l'Est et de l'Ouest en deux ailes résidentielles élégantes.
Le processus de fusion des bâtiments de château dure très longtemps et est achevée entre le XVIIème et XVIIIème siècle par la construction de deux étages de galeries aux arcades du côté sud, ouest et nord de la cour. Au même temps, le niveau de la cour est considérablement élevé, le niveau de l’intérieur est standardisé, et un double escalier est construit dans le coin sud-est du cloître.
L'élévation du niveau de la cour transforme le sous-sol en cave et l'étage supérieur médiéval en étage noble baroque avec des chambres en enfilade. Probablement aussi à cette époque-là un portail de l'aile est, connu comme la Porte Noire, est construit pour des besoins domestiques.
La famille Lanckoroński est en possession du château jusque 1747 et elle réussit à faire une reconstruction de plus. Le 22 avril 1745 et puis le 22 juin 1746 Stanisław Lanckoroński signe deux contrats avec un maître de la maçonnerie de Wiśnicz, Alexander Fałkowski (ou Fiałkowski) pour une rénovation intérieure et extérieure du château (sans rien changer à la structure générale de l'édifice). Les résultats de ce travail sont les fenêtres changées dans les chambres de hauts et de bas étages, deux caves voûtées, des cheminées murées et placées sur le toit.
Après la mort sans progéniture de Stanisław Lanckoroński en 1747, sa veuve Anna Dembińska née Janowska marie en 1752 Maciej Soltyk, général de l'armée polonaise, puis le Châtelain et depuis 1774 le Gouverneur de la Province (voïvode) de Sandomierz. C’est lui qui termine la rénovation commencée par les Lanckoroński et, un peu plus tard dans les années 1768-1772, il entreprit une transformation profonde du château pour lui donner une forme d’un palais baroque classique.
La tâche principale est une transformation de la tour du front de château dans l’une des ailes du château avec une salle de bal majestueuse au premier étage, décoré d’une polychromie ornementale présentant des scènes de paysage magnifiques. Cette belle et spacieuse salle était une fois témoin d'un bal organisé en l’honneur du roi Stanisałw August Poniatowski, l'événement qui est décrit par Adam Naruszewicz dans ses journaux. Selon Naruszewicz, le bal fut précédé par un dîner dans la Grande Salle, décorée des portraits de membres de la famille Sołtyk.
D’autre tâche est la rénovation des appartements au premier étage des ailes ouest et nord, ainsi que de la salle à manger, des salons rouge et vert, et de la bibliothèque avec une chambre adjacente. La démolition de la Porte du Sud rend nécessaire une reconstruction de la Porte Noire et de toute l'Aile de l'Est. L'ancienne chapelle située au-dessus de la porte est rénovée et décorée d’une polychromie présentant une scène de la Transfiguration et les saints patrons des propriétaires du château, Saint Matthias et Saint Anne. Probablement dans les années 1770 deux pavillons sont construits, ce qui est confirmé par les sources écrites de 1784 et 1785. Une nouvelle forme du château est accomplie par l’installation d’un toit mansardé.
La troisième épouse de Maciej Soltyk, Kunegunda née Koszowska, lègue Kurozweki à son beau-frère, Tomasz Sołtyk, le Châtelain de Zawichost. Ensuite, le domaine est hérité par son fils unique, Antoni Tomasz, né en 1777 et marié à Anastasia provenant de la famille Rudnicki.
Dans les années troublées et destructrices de la fin du XVIIIème siècle le château souffre beaucoup. Lorsque, en 1811, Antoni Tomasz s'y installe de retour il la trouve sa demeure  pillée à tel point que sa femme ne réussit qu’à sauver seulement deux des nombreux damas qui ornaient autrefois cinq salons.

0010
0011
0012
0013
0015
0016
0017
0018
bwd fwd

Anastasia Sołtyk, après avoir passé plusieurs années de sa jeunesse dans le Palais de Puławy, a acquis un goût pour les beaux objets et des jardins bien entretenus. Il n'est donc pas étonnant que bientôt elle et son mari font venir Jan Zulauf artiste et jardinier tchèque pour faire restaurer le parc du château de Kurozwęki d’une façon impressionnante (à tel point que Klementyna Hoffman née Tański note en 1828 ‘une coopération de la nature et de l'art qui y règne’). Le jardin avait entre autres une volière pleine de rares espèces et une orangerie aménagée dans un Pavillon de l'Ouest. Il y a également un parc admiré pour ses réservoirs d'eau et ses gazons ainsi que pour sa sélection des arbres.
Vers 1831, peu avant sa mort, Antoni Soltyk ordonne de construire dans le coin sud-ouest du château une terrasse en forme de triangle mise sur des hautes arcades en demi-cercle.
La fille des Soltyks, Emilia, épouse en 1833 Paweł Popiel (blason ‘Sulima’). Les Popiels s'installent à Kurozwęki apporté par Emilia comme dot après qu’un incendie a ravagé le domaine familial des Popiels à Ruszcza près de Cracovie.
Paweł décide de reconstruire complètement l'intérieur du château sans changer profondément sa forme extérieure. Tout d'abord, il fait partager la grande salle de bal en quelques pièces plus petites. Il ordonne de construire une structure en bois dans les arcades des galeries afin de les relier par un couloir vitré. Il fait également mettre de nouveaux plafonds dans les galeries, certains d'entre eux couverts de peintures ornementales. Un nouveau portail principal en grès est probablement aussi construit à cette époque. Enfin, après avoir faire les caves nettoyer des décombres, Paweł Popiel décide d'y construire des arcs ‘gothique’.
Paweł Popiel, un éminent représentant des conservateurs en Galicie, un publiciste et le co- fondateur de la revue " Czas " , cède Kurozwęki à son fils Marcin.
La dernière et plutôt petite modification architecturale a lieu en 1918. Elle est dessinée par Franciszek Mączyński, architecte de Cracovie, et son but est de moderniser la communication intérieure (surtout dans l’avant-corps nord appelé Popielówka) ainsi que de moderniser du système de chauffage et de l’installation hydraulique.
En 1944, Marcin Popiel est exproprié de sa maison familiale. Après des années de dévastation, au début des années 1970, le château commence à être protégé par l'État en tant que monument historique précieux.
En 1991, le château et le parc retournent aux héritiers du dernier propriétaire qui restaurent successivement sa gloire du passé.
Source : Jerzy Zub - Kurozweki. Zamek ; Editeur "ABC" Tarnobrzeg 2001


 
galeria fr
historia fr
kalendarzimprez fr
mapa fr

kontakt frgodziny frsklep frbilety fr

oferty fr

imprezy fr

logo-insygnus

mowiaonas

okolice fr

dolacz frheader nk header twitter header facebook header g header youtube header t